top of page

L'analyse de la réputation française par Russell Snyder, membre de CAdFE

Russell Snyder est un journaliste américano-finlandais qui vit actuellement en Estonie. Il a beaucoup voyagé, mais sa destination préférée reste la France. Russell a récemment rejoint CAdFE et apprécie l'atmosphère chaleureuse de notre communauté. Il est heureux de contribuer à dissiper le mythe selon lequel les Français sont arrogants et impolis… bien qu'il reste un peu sceptique concernant les serveurs et les fonctionnaires.


Le Club franco-allemand à Francfort. Il a organisé un voyage à vélo.  Son collègue Bertrand qui l'a invité à séjourner chez lui à Paris.  Au Club Med, nous faisions des spectacles pour les touristes.
1.Le Club franco-allemand à Francfort. Dans lequel il a organisé un voyage à vélo. 2.Son collègue Bertrand qui l'a invité à séjourner chez lui à Paris. 3.Au Club Med, ils faisaient des spectacles pour les touristes.

Les Français ont la réputation d'être arrogants et impolis. En fait, je viens de voir une liste sur les réseaux sociaux classant les dix pays les plus impolis. Qui pensez-vous était numéro un ? Oui, vous avez deviné. Cependant, il semble que beaucoup de ces soi-disant experts en impolitesse n'ont jamais vraiment passé beaucoup de temps en France, ou n'ont été qu'à Paris… ou ont jugé tout un pays par ses serveurs.


Je me souviens de mon premier voyage en Europe dans les années 1970. Sur les conseils de personnes (qui n'avaient jamais mis les pieds en France), j'ai décidé de passer rapidement à travers le pays du croissant. Il se trouve que j'ai rencontré une gentille fille française en montant vers le nord. Nous avons passé quelques heures très agréables à discuter dans le train, et avant de descendre, elle m'a invité chez elle. Comment aurais-je pu refuser ?


Après mes aventures en Europe du Nord, je me suis rendu à Lille pour découvrir la petite ville de Lys-lez-Lannoy. Je n'ai trouvé personne qui parlait anglais, mais des gens aimables m'ont aidé à trouver la gare. Je suis descendu du train dans la ville de Roubaix, et les gens m'ont indiqué la bonne direction. « C'est là-bas ! » Je devais avoir l'air confus car un homme a décidé qu'il valait mieux m'y conduire en voiture. Il a garé la voiture à l'adresse que je lui avais donnée et n'est pas parti avant de me voir entrer dans la maison.


J'avais initialement prévu de passer quelques heures à parler avec Thérèse, puis de retourner à Lille pour trouver l'auberge de jeunesse. Mais ses parents ont insisté pour que je passe quelques jours avec leur famille. Ainsi, pendant ce temps, quand Thérèse n'était pas là, je n'avais aucune langue commune avec sa famille. Néanmoins, nous avons communiqué (du moins je le pensais). Je n'avais aucune idée de ce que je mangeais ou buvais, mais tout était délicieux.


L'année suivante, j'ai fait de l'auto-stop à travers l'Europe pendant six mois. J'ai passé beaucoup de temps à voyager en France. Bien que j'aie rencontré des serveurs impolis, des fonctionnaires peu serviables et des gens mal élevés, j'ai trouvé que la plupart des Français étaient sympathiques ou au moins tolérants. Et j'étais reconnaissant envers les locaux qui étaient fiers de leur ville, me donnaient de bons conseils ou me faisaient visiter.


De retour à Los Angeles, après mon voyage remarquable, j'ai suivi des cours de français. À l'obtention de mon diplôme, j'ai obtenu une permission étudiante pour travailler en France. Après avoir trouvé plusieurs emplois inappropriés à Paris, j'ai obtenu un stage dans une station de ski dans les Alpes. C'était dans la célèbre chaîne Club Med. En plus des activités sportives, l'accent au club était mis sur la socialisation avec les autres visiteurs et le personnel. Par conséquent, j'ai beaucoup appris sur la société française, la nourriture, les sports, les loisirs, la politique, la musique, la vie de famille et bien plus encore. Plus tard, j'ai choisi de faire un autre stage en Guadeloupe.


Depuis, j'ai toujours cherché des activités culturelles françaises où que je vive. À Francfort, en Allemagne, j'ai rejoint le club franco-allemand et participé activement à leurs événements (ils m'ont même demandé d'organiser une soirée californienne de vin et fromage). À Helsinki, en tant que journaliste, j'ai été envoyé à des séminaires et des voyages de presse en France. Par exemple, imaginez quatre journalistes nordiques inexpérimentés naviguant sur une péniche sur la Loire. Nous avons réussi à survivre.


Maintenant que je vis à Tallinn, j'ai assisté à des événements d'information, des dégustations de vins et des projections de films parrainés par l'ambassade de France. Et encore mieux, j'ai rejoint CAdFE, qui est un club d'affaires français. Jusqu'à présent, j'ai beaucoup apprécié les visites d'entreprises, les séminaires, les activités sociales, les soirées caritatives, les événements culinaires et même les parties de pétanque du club. Les membres sont très sympathiques ; et l'anglais, le français et l'estonien sont couramment parlés.


En conclusion, si vous voulez trouver des Français impolis et arrogants, vous les rencontrerez facilement. Mais je vous encourage à aller un peu plus loin et à découvrir les gens chaleureux derrière une culture riche et une histoire fascinante.


Russell Snyder pour CAdFE

2 vues

تعليقات


bottom of page